Les CPGE de proximité sont le choix le plus naturel et, dans la grande majorité des cas, le meilleur.

Contrairement à l’enseignement secondaire public, l’enseignement en classes préparatoires n’est pas sectorisé. On peut postuler indifféremment sur Parcoursup dans toutes les CPGE du territoire national.

Mais un élève de terminale a tout intérêt à candidater tout d’abord dans les lycées géographiquement proches (particulièrement lorsqu’il existe localement un pôle où, comme à Kerichen, se retrouve un vaste éventail de filières et de voies et où la grande majorité des parcours possibles est représentée). En effet :

Les CPGE publiques sont d’une qualité constante sur l’ensemble du territoire.

  • Que ce soit à Paris, à Brest ou partout ailleurs, l’enseignement y est dispensé par des professeurs sélectionnés sur les mêmes critères et avec la même exigence d’excellence : ils sont tous agrégés, sont souvent en outre titulaires d’un doctorat et sont triés sur le volet par l’Inspection générale de leur discipline, qui décide seule de leur nomination sur ces postes très demandés.
  • Les classements des CPGE n’ont aucune réalité officielle et sont trompeurs : ils ne se fondent que sur les résultats bruts à certains concours, sans tenir compte du niveau moyen des élèves à leur arrivée en prépa (niveau qui est très différent entre les CPGE les plus « réputées » et les autres). En d’autres termes, les auteurs de ces classements commettent l’erreur méthodologique fondamentale de classer les CPGE en fonction de leur score final et non en fonction de la plus-value qu’elles réalisent (c’est-à-dire des progrès qu’elles permettent à leurs élèves de faire).
  • Les CPGE de proximité répondent à la demande de publics très divers : Elles ne retiennent pas uniquement les meilleures candidatures à l’échelle du territoire national. Au contraire, elles offrent une place à tous les élèves de leur aire géographique qui sont capables, à quelque niveau que ce soit, de tirer bénéficie de l’enseignement qu’elles dispensent : les plus brillants d’entre eux, mais aussi les autres. Elles ne pourraient donc pas obtenir des pourcentages de réussite massifs dans les Ecoles les plus sélectives sans sacrifier une bonne partie de leur public naturel pour ne garder qu’une poignée d’excellents élèves et sans manquer, ce faisant, à leur mission de service public localement accessible à tous.
  • Les CPGE de proximité accompagnent efficacement tous leurs publics, y compris les tout meilleurs élèves ! Grâce au suivi attentif, individualisé et constant des équipes, les abandons d’études y sont quasiment inexistants ; l’intégration dans une Grande Ecole en deux ou trois ans est presque systématique en CPGE économiques et scientifiques ; de même que l’autorisation de s’inscrire en 3e année de licence ou en Master pour les élèves terminant une CPGE littéraire. Et cette efficacité vaut aussi pour les meilleurs, qui sont régulièrement amenés au tout meilleur niveau. Un élève de Bretagne occidentale n’a nullement besoin d’aller chercher plus loin que Kerichen s’il a l’ambition, l’énergie et les aptitudes nécessaires pour intégrer une Ecole normale supérieure, Polytechnique, Centrale, les Mines, HEC, l’ESSEC… Les professeurs de Kerichen sauront lui en donner les moyens.

La proximité est un atout majeur pour réussir en prépa.

Au moment où un élève va être soumis à un rythme de travail intense et à des exigences fortes, il faut prendre garde d’éviter l’accumulation de difficultés matérielles et psychologiques supplémentaires que génère un éloignement trop important de son domicile familial. En effet :

  • Pour ceux qui rentreront chez eux le week-end, les trajets génèreront perte de temps (il est difficile de travailler dans un train) et fatigue supplémentaire.
  • Pour ceux qui resteront sur place, la solitude peut être difficile à vivre et compromettre les performances scolaires.
  • La sérénité est un facteur de réussite vital en prépa : il est plus prudent de ne pas trop s’éloigner de chez soi, de sa famille et de ses amis pour pouvoir se ressourcer régulièrement et garder son équilibre psychologique.