Allocution de rentrée du proviseur aux élèves de seconde

La seconde, c’est le début des années lycée, et c’est un monde très nouveau par rapport au collège.

Vous découvrirez rapidement que vous êtes plus libres qu’auparavant. Mais la liberté, même si elle est une nécessité éducative absolue, peut être un piège : ce n’est pas parce qu’il n’y a plus de carnet de liaison que votre attitude pourra se dégrader. Ce n’est pas parce que vos mouvements sont moins encadrés dans l’établissement que vous pourrez vous comporter de façon irresponsable sur les créneaux où vous n’aurez pas de cours. Ce n’est pas parce que vous pouvez sortir librement de l’enceinte de l’établissement que vous pourrez arriver en retard ou rester en ville et « sécher » les cours.

On ne vous laisse pas libres pour que vous fassiez n’importe quoi mais pour que vous appreniez à vous gérer de façon plus autonome, pour que vous deveniez peu à peu des adultes responsables qui prennent d’eux-mêmes les bonnes décisions et adoptent sans contrainte extérieure les bons comportements (par exemple en décidant de votre propre initiative d’aller en salle de permanence sur vos créneaux libres pour vous avancer dans votre travail !). Bien entendu, cet apprentissage de la liberté constructive se fera progressivement. N’exagérons pas dans l’autre sens : il y a encore des normes précises, des exigences fortes et des sanctions au lycée !

Mais se conformer aux règles vous demandera de plus en plus d’initiative, de réflexion personnelle, de prévoyance, de recul et de volonté, bref de maturité. Il n’y a pas d’heures de retenue systématiques pour un travail non fait au lycée, mais la sanction de l’accumulation des travaux non faits existe et elle est redoutable : en fin d’année l’orientation souhaitée serait alors refusée par le conseil de classe pour insuffisance de niveau et d’investissement. L’élève doit anticiper cela dès le début et s’organiser en conséquence sans qu’à chaque instant quelqu’un soit là pour le lui rappeler en temps réel. C’est plus difficile car on craint moins naturellement les conséquences diffuses, différées, lointaines que les sanctions immédiates. Mais c’est nécessaire parce que c’est comme cela dans la vie d’adultes et que vous êtes au lycée pour devenir des adultes.

La seconde, c’est aussi davantage d’approfondissement dans le travail. Il s’agit de comprendre plus à fond des choses plus difficiles et c’est une satisfaction pour l’esprit. Mais là encore, cela demandera de votre part un grand effort d’autonomie, cette fois-ci intellectuelle, car il ne s’agit plus seulement d’apprendre sérieusement et de simplement reproduire ce qu’on a appris. Il va falloir de plus en plus apprendre à réfléchir par soi-même. Plus encore qu’au collège, on vous demandera de réutiliser les connaissances acquises en classe dans des contextes différents en les adaptant avec discernement : vous pourrez de moins en moins vous réfugier dans la fausse sécurité que procure un apprentissage par cœur mécanique (même si l’apprentissage précis des choses reste une condition nécessaire –mais non suffisante– du succès).

Il y aura également moins de guidage systématique de votre apprentissage. On vous demandera au contraire de plus en plus de vous forger et de vous astreindre à suivre de véritables méthodes d’acquisition des connaissances et des compétences, ainsi que de véritables méthodes de travail (savoir organiser votre semaine de travail personnel en répartissant vos activités (révisions, exercices, devoirs) de façon équilibrée ; savoir dégager et mémoriser efficacement l’essentiel de façon structurée ; savoir prendre des notes sans attendre qu’on vous dicte ; savoir construire votre pensée à l’écrit comme à l‘oral…). Ce n’est pas parce qu’on ne vous donnera pas nécessairement un résumé tout fait du cours , parce qu’on ne vous dira pas forcément exactement quand et comment l’apprendre, parce qu’on ne vérifiera pas forcément à chaque fois que vous l’avez bien compris et bien retenu qu’il ne sera pas indispensable de bien le dominer pour réussir le contrôle suivant, qui pourra n’avoir lieu que plusieurs semaines plus tard. Et pour réussir votre apprentissage dans ces conditions largement nouvelles pour vous, vous devrez vous imposer au moins trois règles :

  • travailler intelligemment ;
  • travailler régulièrement et
  • travailler suffisamment (on s’accorde généralement pour dire qu’à votre niveau, il faut environ deux heures de travail personnel par jour pour rester un bon élève, à condition bien évidemment d’avoir été parfaitement attentif et actif pendant les cours).

Bien entendu, on ne s’attend pas à ce que vous y arriviez parfaitement du premier coup et il ne faudrait surtout pas vous décourager. Ayez confiance, vos professeurs sont là pour vous aider, ils ont de l’expérience, ils connaissent vos difficultés et ont toute la patience nécessaire. Il n’y a aucune raison pour que des élèves qui ont été orientés en seconde générale et technologique par le conseil de classe de troisième ne réussissent pas au lycée. Mais il faut vous mettre au rythme de la seconde avec tout le sérieux nécessaire !

La seconde est par ailleurs une classe d’orientation décisive. A la fin de l’année on décidera de votre orientation, dans la grande majorité des cas en première générale et, surtout, vous devrez choisir trois spécialités de première qui détermineront votre profil et conditionneront largement vos études ultérieures.

Pour réussir pleinement votre orientation de fin de seconde (et, partant, la suite de vos études), il faudra atteindre deux objectifs très différents mais complémentaires :

  • travailler sérieusement et efficacement dans toutes les disciplines, car la seconde est une classe généraliste destinée à vous donner des bases équilibrées dans les différents grands domaines du savoir ;
  • mais aussi approfondir les disciplines qui correspondront au projet personnel d’orientation que vous allez définir et qui va déterminer les spécialités que vous choisirez en fin d’année pour le cycle terminal. Pour ce faire, vous devrez assez tôt dans l’année penser sérieusement à ce à quoi vous souhaiteriez vous destiner. Les professeurs principaux, la psychologue de l’orientation, les CPE, l’équipe de direction seront là pour vous renseigner, pour vous aider dans cette réflexion, mais personne ne pourra choisir à votre place.

Bref,

  • sachez utiliser votre liberté à bon escient en devenant autonomes et responsables, autant dans votre comportement que dans votre pensée,
  • sachez vous doter d’habitudes de travail saines et efficaces,
  • sachez vous construire un avenir scolaire, universitaire et professionnel basé sur des compétences vastes qui vous laissent un vrai choix, et non un choix par défaut, mais aussi sur l’approfondissement de vos centres d’intérêt les plus marqués. Dans ces conditions vous aurez réussi votre seconde. Mais ne perdez pas une minute : il faut vous y mettre dès maintenant, car le programme de fond que je viens de vous définir est très riche et vous n’aurez pas trop d’une année scolaire pour le mener à bien. Ne faites pas comme le lièvre de la fable qui est tellement sûr de lui qu’il part beaucoup trop tard et arrive finalement après la tortue !

Bon courage pour cette étape décisive de la construction de votre parcours personnel !